« Le sol c’est la découverte! » – Partie 2

En colonne par deux nous rentrons à l’école de Paully, toute proche du sommet du Mont Pèlerin, surplombant le Léman. Perdue au milieu des champs, il  y a longtemps que cette petite école d’une classe n’accueille plus d’élèves à l’année. Mais tous les ans, des élèves du collège de Corsier animent sa cour de récréation lors de journées vertes, comme celle à laquelle nous avons participé.

Après un pique-nique et une récréation mouvementée (le chien d’une ferme voisine est venu se joindre à la fête et jouer à la balle), nous nous séparons en deux groupes pour observer la vie du sol de plus près.

Un groupe observe la litière et ses insectes ; un groupe prépare une culture de bactéries et de champignons.

Après le terrain, en route pour "le labo"

Un voyage au cœur des feuilles mortes

Avec une loupe binoculaire, c’est un nouveau monde qui s’offre à nous! Un champignon devient un réseau de chemins pareil à de la dentelle finement découpée, les crottes des vers de bois deviennent des miel pops ; même les grumeaux de terre, luisants sous une fine pellicule d’eau sont à eux seuls une planète à découvrir! Et surtout, en regardant de plus près ces feuilles, ces branches mortes, apparaissent à nos yeux leurs multiples habitants: collemboles, oribates, larves de diptères… à l’œil nu, jamais on n’aurait soupçonné leur présence. Un observateur attentif et courageux aurait pu observer quelques points noirs se déplaçant sur le bois mais à la loupe, ce sont des petits animaux de formes et de couleurs différentes tout droit sorti d’un autre monde ! De la sciences fiction? Non, de la science tout court! Découvrir des nouveaux mondes, c’est encore possible avec une loupe! Le sol, dernière frontière de l’inconnu! 😉

Une loupe, un peu de litière et c'est parti pour la découverte d'un nouveau monde !

Bactéries et champignon : invisibles même à la loupe!

Mais la vie du sol, ce ne sont pas que les insectes et autres petits animaux. La majeure partie de la vie du sol est invisible même à la loupe! Ce sont les bactéries et les champignons, les décomposeurs finaux de la matière organique. Pour les voir, il faut un microscope, ou des analyses du sol plus poussées. Le seul moyen à disposition pour les voir à l’œil nu, les mettre en culture sur un milieu nutritif. Dans les boîtes de pétri, les colonies de bactérie et les champignons se développeront en taches ou en réseaux, qui seront plus facilement observables.

Mais laissons la parole à notre classe pour le protocole et les résultats de l’expérience :

Les bactéries du sol : ces petites bêtes invisibles

Matériel :

• pipettes
• boîte de pétri avec gel nutritif
• échantillons de sol de forêt
• de l’eau distillée
• un produit désinfectant à l’alcool
• un marqueur noir
• une petite cuillère
• du scotch

Étapes de l’expérience :

  1. Nous avons formé deux groupes : un groupe sol et un groupe H2O. Nous avons ensuite écrit notre nom et « H2O » ou « sol » sur les boîtes de pétri.

  2. Nous avons désinfecté nos mains et la table.

  3. Nous avons mis un petit peu de terre (une pointe de cuillère à café) dans de l’eau distillée, puis nous avons bien agité la bouteille.

  4. Les enfants « H2O » ont ensuite mis de l’eau distillée pure dans leur boîte de pétri à l’aide d’une pipette.

    Les enfants « sol » y ont mis notre mélange d’eau et de sol.

    Nous avons fait très attention à ne pas contaminer nos boîtes avec d’autres bactéries.

  5. Nous avons ensuite agité les boîtes pour répartir le liquide, puis nous les avons scotchées et gardées au frais durant deux jours.

Nos observations :

Boîtes H2O :

Comme prévu, rien ne s’est passé, car l’eau était stérilisée. A part dans certaines boîtes où quelques bactéries se sont introduites.

Boîtes sol :

Il y avait énormément de bactéries à observer, ainsi que quelques champignons.

Conclusion :

Nous avons pu observer que le sol est plein de vie, même microscopique, qui contribue à son équilibre.

Art abstrait ? Non, bactéries du sol. Chaque "tache", appelée colonie, correspond à une bactérie déposée sur la boîte. Ces bactéries se sont multipliées jusqu'à être assez nombreuses pour être visibles à l'œil nu

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :