Archive for the ‘France’ Category

Réponse au portrait d’Isabelle de Red

Suite à la publication de notre article « Isabelle de Red – le sol de la liberté », un lecteur de notre blog, membre de l’Association Française pour l’Etude des Sols1, a souhaité apporter quelques précisions sur la notion d’agriculture intensive. On qualifie généralement d’intensive, les monocultures  industrielles basées sur l’utilisation massive de pesticides et d’engrais de synthèse. C’est à ce type d’agriculture qu’Isabelle de Red faisait référence au long de notre interview. Pourtant l’on oublie souvent que de nombreux autres systèmes agricoles, souvent anciens, sont eux aussi intensifs. Philippe Eveillard nous rappelle que l’intensification ne conduit pas nécessairement à une dégradation des sols, mais au contraire peut conduire à une augmentation de leur fertilité.

Voici son message :

 « Je lis sur votre site qui nous permet de suivre votre tour du monde plutôt sympathique :

 « Les sols nourrissent nos sociétés, il est donc essentiel de les protéger. […] Pour elle, l’agriculture intensive ne peut mener sur le long terme qu’à des sols stériles et morts. »

 Je partage avec tous les membres de ce forum la première conviction mais je crois que la deuxième phrase mérite plus d’analyse et ne représente pas la réalité.

Ce n’est pas l’industrie qui a inventé l’agriculture intensive. On peut qualifier d’intensifs déjà les nombreux systèmes paysans dans le monde où se succèdent souvent plusieurs cultures par an avec des productions élevées grâce à l’irrigation notamment. Ces systèmes existent depuis plusieurs milliers d’années (Vallée du Nil, Sud de la Chine, Japon, certaines régions en Europe…). Quand on a apporté les aménagements qu’il fallait (terrasses, irrigation, drainage), on a pu produire davantage et nourrir une population plus importante. Plus on cultive le sol, plus on est susceptible d’améliorer sa fertilité contrairement à une idée reçue qui est qu’on va inéluctablement l’épuiser.

Labour des champs et capture d'oiseaux en Egypte ancienne

Labour des champs et capture d’oiseaux en Egypte ancienne
Scène agricole de la chambre funéraire d’Itet, IVème dynastie (2575 – 2465 avant J. C.)

Des productions plus importantes, c’est aussi plus de racines, de résidus qu’on incorpore au sol. Cet apport est indispensable à son activité biologique. L’entretien de la fertilité de ces systèmes dépend du recyclage le plus efficace possible des déjections animales et humaines et souvent du transfert de fertilité réalisé depuis des surfaces de parcours vers les surfaces cultivées par le biais des animaux et du fumier collecté sur des centaines d’années.

Les sols ne sont pas morts, c’est Dominique Arrouays qui l’a annoncé à la journée de présentation du 1er état des sols français en novembre dernier (INfOsol, INRA)2. J’invite à relire cette synthèse remarquable sur tous les aspects de la qualité des sols.

Je ne suis pas pour l’intensification sur n’importe quels sols. Nous avons besoin des forêts, des prairies, des zones humides et d’autres espaces de biodiversité. C’est pourquoi il nous faut cultiver le plus raisonnablement possible les espaces cultivées dont nous disposons sur la planète. Produire plus et mieux, c’est possible sur des sols fertiles et un climat favorable comme le nôtre en Europe tempérée, les agriculteurs nous le prouvent et continuent d’améliorer leurs pratiques (moindre usage d’engrais utilisés plus efficacement, moins de travail du sol et meilleure utilisation des cultures intermédiaires (engrais vert)….)

Bonne chance pour votre voyage. »

Philippe EVEILLARD
Responsable Agriculture et environnement
UNIFA, Union des Industries de la Fertilisation

1 http://www.afes.fr/

2 cf. Gis Sol. 2011. L’état des sols de France. Groupement d’intérêt scientifique sur les sols, 188 p.
Plus d’information sur l’état des sols en France, rapports et synthèse à télécharger sur le site du Groupement d’Intérêt Scientifique Sol : http://www.gissol.fr/RESF/

Publicités

Tata Janine – Le sol au fil des saisons

À Metz, sur une colline surplombant la ville, se trouve une petite maison. En passant le portail, on entre dans un grand jardin, où s’épanouissent cerisiers, pruniers, pommiers et mirabelliers, où le gazon est parsemé de primevères et de violettes, où les chats se prélassent dans les massifs qui apportent à chaque saison leur lot de fleurs et de couleurs.

C’est dans ce havre de paix que vit notre grand tante, Janine Schwarz. C’est dans cette maison qu’elle a grandi et c’est ce jardin que ses parents cultivaient avant elle et qui a nourrit sa famille. Proche de la terre, elle a toujours aimé jardiner, passion que sa mère a su lui transmettre. En effet, durant son enfance dans les années 40, ses parents cultivaient entièrement ce jardin de douze ares.

Le printemps dans le jardin de Janine Schwarz à Queuleu, Metz, France

Au printemps, les fruitiers s’en donnent à cœur joie et donnent un air de paradis au jardin de Janine Schwarz.

Petite, elle s’occupait de son propre coin de jardin, près du portail où elle cultivait notamment le plus beau persil du quartier. « Les voisines venaient toujours m’en prendre des bouquets, mais jamais elles ne m’auraient donné une pièce pour ça » raconte-t-elle en riant.

Un lien fort à la terre

La terre, elle ne s’en est jamais beaucoup éloignée, bien qu’elle n’ait pu réaliser son rêve d’enfant d’être horticultrice ou agricultrice, faute d’argent pour une formation supérieure. A quinze ans, son diplôme de secrétariat en poche, elle choisi d’aller travailler chez un producteur/distributeur grainier, malgré un faible salaire. Elle y réalise toute sa carrière. Au début sténo/dactylo, elle apprend rapidement les base du métier et prodiguera ensuite des conseils de culture pour les différentes variétés de fourrages, légumes et fleurs aux agriculteurs et jardiniers de France entière.

Janine Schwarz

Pour Janine Schwarz, le retour du printemps ce n’est pas seulement le retour des beaux jours, mais c’est aussi le sol qui se réveille.

Mais c’est au jardin qu’elle a toujours aimé passer son temps. Depuis sa retraite elle a plus de temps pour cultiver son potager de quatre ares et fleurir le reste du jardin, en créant des massifs colorés et « sauvages » ; un jardin « naturellement naturel », comme elle aime le répéter.

Son attachement à la terre, au sol, est donc lié au plaisir de jardiner, de créer, de produire soi-même ses légumes. Travailler le sol c’est faire appel à ses sens : de la redécouverte du goût des concombres à l’évolution de l’odeur de la terre au fil des saisons.

Mais pour elle c’est aussi un contact direct avec le cycle de la vie. Ce jardin, c’est sa vie, c’est ses racines aussi : sa famille le cultivait depuis 1892. Pour cette jardinière passionnée, le sol représente la Vie, mais également la Mort, liés en un cycle. « On se nourrit grâce au sol, on y vit, on y construit sa maison, mais quand on meurt, on retourne dessous, on retourne à la terre. » Ce lien entre la Vie et la Mort se rappelle au jardinier d’année en année : « au jardin, chaque année, c’est tout une vie que l’on voit se dérouler. Du printemps de la naissance  à la mort hivernale où la nature se repose ».

Les Trente Glorieuses : de profonds changements dans le monde agricole et jardinier

C’est surtout à travers son travail, qu’elle a pu vivre les changements dans les pratiques culturales depuis l’avant-guerre à nos jours en passant par les Trente Glorieuses, qui ont modelé la société que nous connaissons.

Durant cette période d’après-guerre, elle a vu l’arrivée nouvelles variétés , de légumes (poivrons, aubergines,…) ou de fourrage (festuca) notamment. Mais surtout, révolution au jardin, l’arrivée de gazon dans les jardins privés. Impensable à l’époque de ses parents, où chaque mètre carré de jardin était cultivé, le gazon marque le passage d’un jardin utilitaire à un jardin d’agrément. Ceci semble bien symboliser l’esprit de cette époque des Trente Glorieuses : l’avènement d’une société de loisir et de consommation.

Primevères sur gazon

Pour Janine, « il n’y a rien de plus con qu’un gazon : c’est mort, c’est stérile, ça n’a pas de saison ». C’est pour ça qu’elle laisse le sien fleurir de primevères et de violettes, que la mousse y reprend ses droits.

Autre changement radical, elle voit l’arrivée des pesticides, herbicides et engrais chimiques de toute sorte. Pour elle c’est le résultat d’une course à la productivité et également l’ardent désir de travailler moins, qui enrichissent les industriels en empoisonnant les sols et les rivières. Que ce soit au niveau des exploitations agricoles ou à celui des jardiniers privés, tout était fait pour encourager l’achat d’une large gamme de produits. « A l’époque, on n’avait pas conscience des dégâts causés par ces pratiques sur la Nature et les sols. C’est sans doute même les utilisateurs privés qui ont dû causer le plus de dégâts en utilisant ces produits à des doses beaucoup trop élevées sur de petites surfaces, faute d’informations appropriées. » déclare-t-elle, jetant un regard critique sur cette surconsommation. « On se rend compte maintenant des dégâts que l’on a causé au sol. » Pourtant, face à cette situation, Janine reste optimiste. « C’est sûr que l’on a été trop loin ; mais maintenant de plus en plus de gens ont conscience de cela. Les gens retournent au jardin avec l’envie de mettre la main à la pâte. On voit de plus en plus de petits jardins ouvriers en dehors des villes ou de jardins communautaires. Les gens commencent à se rendre compte qu’il est possible de nourrir une famille avec un petit jardin et de plus en plus de gens préfèrent se retrouver, passer le week-end au jardin avec des amis plutôt que d’aller à Walt Disney. »

Comme Jean-Michel Gobat, Janine Schwarz souligne l’importance du jardinage et donc du sol pour permettre de se rencontrer et d’échanger. D’ailleurs, en dehors du temps qu’elle passe dans son jardin, elle va visiter le jardin des autres et s’engage activement dans la Société d’Horticulture de Metz. Le jardinage est bien une passion qui lie les gens et la terre sur les mains un bonheur qui se partage !