le sol menacé

Le sol menacé

Le sol est donc le point de rencontre d’un système d’interactions complexes, ce qui fait de lui le point central de la vie terrestre. Mais malgré leur apparente stabilité et pérennité, ce sont des écosystèmes fragiles et très lents à mettre en place. Il faut en effet d’une centaine à plusieurs milliers d’années pour former un sol.

Malheureusement l’importance des sols est méconnue, et ceux-ci sont négligés et maltraités. Ainsi ce sont chaque année des hectares de sol qui disparaissent pour faire place au désert ou au béton (rien qu’en Suisse,  1 m2 de sol agricole disparait chaque seconde[1]).  De leur côté les sols épargnés sont empoisonnés par l’industrie et l’agriculture intensive et voient chuter leur biodiversité, garante des rôles du sol. Il n’existe ainsi plus de sols non contaminés en Suisse[2]. Enfin, le réchauffement climatique, rompant l’équilibre roche-climat, bouleverse lui aussi les sols. Au niveau mondial,  La FAO, dans un rapport publié en 2011[3], estime ainsi que 41 % des sols sont dégradés pour 45 %  de sols stables ou légèrement dégradés (le reste est « en voie de bonification »).

Plastosol, une nouvelle référence pour les sols torturés ? (photo de J.-F. Houmard 2010)

Ces attaques conjuguées mettent en premier lieu en danger nos ressources alimentaires, de par la diminution des surfaces arables ainsi que par la perte de qualité de celles-ci. Cette perte de qualité se traduit par un appauvrissement de la biodiversité, accompagnée d’une moins bonne biodisponibilité des nutriments. Ce phénomène cause à son tour une régénération des sols plus difficile. A l’échelle mondiale, la dégradation des terres menace 1,5 milliards de personnes, soit près du quart de la population mondiale.[4]

Un autre effet de ces attaques, et que les sols perdent leur capacité à stocker le carbone, le relâchant dans l’atmosphère. Dans de nombreuses régions du globe, ce phénomène est accentué par le réchauffement climatique, qui est ensuite accéléré par l’apport massif de ce CO2 relâché par ces sols perturbés. En relâchant le carbone accumulé, les sols pollués perdent aussi leur capacité à stocker les polluants, se transformant ainsi en véritables bombes à retardement.

Une place pour l’espoir

Depuis quelques années on assiste toutefois à une prise de conscience des enjeux liés au sol et ces considérations commencent à sortir des cercles d’initiés pour toucher de plus en plus le grand public.
Notre démarche va dans le sens de cette prise de conscience : les acteurs des sols sont nombreux et variés. Nous voulons aller à la rencontre de ces femmes et de ces hommes pour comprendre ce que le sol représente à leurs yeux, et quelle place il occupe dans leurs pratiques.


[1] Site officiel de l’office fédéral de l’environnement, mis à jours en juillet 2011

[2] idem

[3] FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture). 2011. The state of the world’s land and water resources for food and agriculture (SOLAW)

[4] idem

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :