Posts Tagged ‘Université Neuchâtel’

Jean-Michel Gobat, de la végétation au sol

Ce premier portrait est pour nous un peu particulier. En effet le Professeur Jean-Michel Gobat est celui qui, durant nos études, nous a fait découvrir le sol. Nous avons donc la possibilité de commencer notre série de portraits en vous faisant découvrir le sol comme nous l’avons fait : à travers le regard de Jean-Michel.

Professeur Gobat, Jean-Michel, Jean-Mi, Gobat… être à la fois directeur, enseignant, chercheur, père, ex-bassiste d’un groupe de rock vous offre autant de diminutifs que de casquettes. Mais peu importe le couvre-chef, il les porte tous avec sourire et entrain, guidé par sa volonté d’enseigner et d’apprendre. Ainsi lorsque nous l’avons contacté pour lui parler de notre projet, il nous a accueillis avec plaisir et c’est de bon cœur qu’il a répondu à nos questions.

L’enseignement : une valeur qui guide ses pas

Si nous avons entamé ce projet, c’est en grande partie grâce à son enthousiasme et surtout à la qualité de son enseignement. Ce n’est donc pas étonnant que la soif de transmettre un savoir, qu’il place au cœur de son métier, ait baigné toute sa vie : de son enfance dans le Jura bernois, entouré d’une famille d’enseignants, à ses études, guidées par l’enthousiasme de ses professeurs.

Jean-Michel Gobat durant une excursion (photo Unine)

Pourquoi la pédologie ?

Si son père lui a fait découvrir la botanique durant son enfance, c’est d’abord vers une carrière dans les sciences dures, en mathématiques, qu’il se dirige durant ses études secondaires. Toutefois, durant les dernières semaines avant son bac, la nature le rappelle lors d’un stage de biologie. Ce stage, axé sur les aspects pratiques de l’écologie, comme la bio-indication, le pousse à entamer des études de biologie à Neuchâtel.

La phytosociologie, sociologie des plantes.
Vous avez surement déjà remarqué en vous promenant que d’une forêt à l’autre, ou d’un pré à l’autre, la végétation change. Mais aviez-vous réalisé que certaines plantes s’associent ? Ce sont ces groupements végétaux que le phytosociologue étudie. Il cherche à comprendre quels facteurs (climat, acidité du sol, calcaire, pollution...) vont réunir un groupe de plantes dans un écosystème et ainsi déterminer quelles sont les espèces « typiques » d’un milieu. Leur travail est particulièrement important, car il permet d’identifier des bioindicateurs fiables qui vont permettre de suivre l’évolution d’un écosystème. Les phytosociologues sont ainsi en première ligne pour détecter les effets du réchauffement climatique sur l'environnement.

Lorsqu’il commence ses études universitaires, la pédologie est très peu enseignée dans les universités de Suisse ; il n’existe alors que quelques cours réservés aux futurs ingénieurs agronomes. Il découvre néanmoins le sol grâce à trois professeurs de Neuchâtel, qui, s’ils n’étaient pas spécialistes du sol, y accordaient une importance particulière. Willy Mattey y voyait un habitat pour les insectes, Daniel Aubert le lieu de rencontre de la biologie et de la géologie et Jean-Louis Richard un facteur explicatif de la présence des différents types de végétation.

Ces professeurs lui permettent de comprendre l’importance du sol, mais il n’en fait alors pas une vocation, et finit son diplôme en se spécialisant en phytosociologie. Sa licence en poche, sa volonté d’enseigner le pousse à rester dans un milieu universitaire qui permettait alors d’avancer librement sans avoir forcément un plan de carrière bien établi.

Ainsi, alors qu’il réfléchit à un possible sujet de thèse, un collègue, Jean-Daniel Gallandat, lui propose de s’associer à son projet de recherche sur la végétation des tourbières et de « regarder ce qu’il y a en dessous ».

Le sol fait son entrée en fanfare dans sa carrière et, de fil en aiguille, il deviendra professeur d’écologie et de pédologie et directeur du Laboratoire Sol et Végétation, co-instigateur d’une filière interdisciplinaire en biogéosciences.

Le sol – la vie dans tous ses états !

Le sol, pour Jean-Michel Gobat, c’est avant tout un lieu de rencontre. Lieu de rencontres et d’échanges fondamental dans la nature, lieu de rencontres économiques, en tant que source de notre alimentation, et encore lieu de rencontres sociales. Le sol, c’est bien plus qu’un mélange de matière organique, d’argile et d’humus. C’est grâce au sol que ce professeur récolte les petits fruits de son jardin et qu’il peut rencontrer son voisin de jardin originaire du Portugal et discuter de leurs récoltes. Ce contact social, il le retrouve également avec ses étudiants de master, qu’il accompagne sur le terrain, pelle en main pour étudier les profils de sol. « On est dans le trou, on creuse, on discute. » Enseignant passionné et passionnant, Jean-Michel n’aurait pu trouver un meilleur vecteur, un meilleur angle d’approche que le sol pour enseigner l’écologie et faire passer le message clef de la complexité.

Hors de son travail, le sol, c’est surtout la base des paysages qu’il aime arpenter. Et, comme il n’y a pas de bon ou de mauvais paysages hors des regards du promeneur, il ne saurait définir un « bon » sol dont les qualités attendues ne seront pas les mêmes si l’on apprécie l’odeur d’humus en se promenant en forêt, si l’on veut cultiver du maïs ou encore si l’on étudie la faune du sol.  » Le sol, c’est avant tout le support du cadre de vie. Mais il est possible qu’on n’en ait conscience que lorsqu’on a pu observer le sol sous un angle scientifique. C’est justement grâce à cette approche scientifique que l’on se donne les moyens d’exprimer la complexité des rôles du sol ».

Les podzols sont des sols bien particuliers. Celui-ci, concentré sur quelques centimètres, a fait l'admiration d'un collègue russe de Jean-Michel. Ce pédologue russe y a vu un sol à l'image de la Suisse, pays qui, bien que petit, révèle de nombreuses surprises

Les sols en péril ?

Face aux changements climatiques et à la multiplication des menaces sur les sols, le chercheur n’a pas directement observé de changements au niveau des sols durant sa carrière : « Pour les sols, 30 ans, c’est trop court. » Il a par contre nettement pu observer des modifications de la végétation qui, elle, réagit plus rapidement aux changements. Lorsqu’on lui demande s’il est inquiet pour l’avenir des sols, il hésite entre pessimisme et optimisme. La pression sur les sols augmente d’année en année et les conférences comme celle de Copenhague sont des échecs. Mais, d’un autre côté, il y a vingt ans il était inimaginable de réunir des chefs d’Etats pour parler d’environnement. « Les politiciens ont toujours 20 ans de retard, il faut faire avec. »

Publicités